Cédric Polet et Nicolas Pirnay sur le grill [Interview]

Nicolas Pirnay joue à Chênée et Cédric Polet évolue à Beaufays. Ils se sont posés cinq questions, avec possibilité d’utiliser un joker. Mais, ils n’en ont pas fait usage et ne manient pas la langue de bois.


(CP) As tu déjà joué en nationale?

(NP) Je n’ai hélas jamais évolué en nationale, j’ai joué plusieurs saisons en première provinciale avec Aywaille, Beaufays et Oreye… Alors que certains dirigeants de Verviers, mon club de formation ne me voyais pas atteindre la P3…



(NP) A quel entraîneur dirais tu non pour l’année prochaine ?
(CP) Je pense que tout le monde sait que Jean- Guy Eyckmans et moi, ce n’est pas le grand amour. Il m’avait déjà déçu la première fois que j’étais à Warnant et à la deuxième, je pensais qu’il avait changé, mais non c’était encore pire.




(CP) Quel joueur t’a laissé le meilleur souvenir et lequel t’a laissé le moins bon?
(NP) Je garde, en général, de bons contacts avec les joueurs que je côtoie. Je pense à Fabrice Poelmans, Frédéric Massart, Manu Jurdan et bien sûr Cédric Polet qui, humainement, sont des gars extraordinaires. Sur un terrain de foot, je n’aime pas les « pleureuses », ni ceux qui tentent de manipuler les arbitres… Je n’ai jamais joué avec eux, mais je n’apprécie pas les comportements de Fabrice Burdziak et Jean-Michel Ummels.



(NP) Dans quels clubs retournerais tu sans problème ?
(CP) Il existe deux clubs où je me suis vraiment bien amusé: c’est a Blegny et Warnant, mais si je ne devais en choisir qu’un, ce serait Blegny, car il y a tout. Infrastructure, engagement, football en élite provincial et des personnes fort sympathiques.



(CP) As tu déjà claqué la porte d’un club?

(NP) Jamais, quand on signe un transfert, on prend des engagements pour une saison complète… Même si ça se passe mal, je n’ai qu’une parole et je tiens mes engagements.



(NP) Si tu deviens entraîneur, qui prendrais tu comme joueur avec toi ?
(CP) Si je dois n’en prendre qu’un ,je dis Stéphane Pirson pour sa sympathie. Un volume de jeu impressionnant, joueur polyvalent et un répertoire musical important pour l’ambiance d’après match. Mon équipe type :

Labarbe ou Dangleur
Vanweersch, Marchal, Pirson, Caserini, Serge Monami
Collard, Saglam, Coenen, Craninx, Pirnay
Siracusa, Poelmans et pour paraitre égoïste, moi



(CP) Comment vois tu la fin de ta carrière?
(NP) J’espère encore avoir de belles années devant moi. J’aimerais, évidemment, rejoindre l’élite provinciale. Mais je n’en fais pas une fixation! Prendre du plaisir en jouant, c’est ça le plus important!




(NP) Cite une une attitude footballistique qui t’énerve chez moi?
(CP) Footballistique, car humainement je n’ai rien a dire et j’ai remarqué quand nous avons joué ensemble et l’un contre l’autre que tu as tendance à vite t’énerver quand cela ne tourne pas comme tu voudrais et cela te fait sortir trop vite de ton match.



(CP) Quelle règle du foot changerais tu?
(NP) Je ne suis pas un grand réformateur dans l’âme, je pense que le règlement actuel (si il est appliqué) est bon! Si je devais changer quelque chose dans le foot, je demanderai plus de sévérité envers les actes de racismes.

(NP) Qu’est ce qui ne te plait pas cette année dans le club Beaufays?
(CP) Je ne dirai jamais de mal de Beaufays. C’est mon club, mais il est vrai que certaines personnes m’ont déçu, mais c’est du passé. Notre terrain est une véritable catastrophe et les conditions d’entrainements aussi, mais nous espérons un synthétique pour 2010.