Promotion D: Il faudra compter avec Sprimont

Samedi soir, des Carriers pourtant très déforcés se sont imposés contre Bertrix, co-leader de la série.




En disposant du co-leader Bertrix, Sprimont-Comblain a entamé ce samedi soir l’année 2009 sous d’excellents augures. Cette victoire, acquise sur le score de 2-0, grâce à des réalisations de Jessy Dionisio, à la demi-heure, et de l’inévitable Macedo Varela-Gomes, à quelques minutes du terme de la rencontre, a une double saveur particulière. De fait, elle permet à la fois au club carrier de consolider son leadership au classement de la deuxième tranche du championnat (15/18), et surtout de croire plus que jamais au titre.


Depuis le début de l’œuvre de remontée entamée au soir de la quatrième journée (ndlr: le club était alors lanterne rouge, avec 2 petits points, soit dix de moins que le meneur de l’époque, un départ catastrophique qui a coûté son poste à l’entraîneur Philippe Caserini), Sprimont, cinquième, n’a en effet jamais été aussi près du fauteuil de leader. De quoi nourrir de saines ambitions, mais comme aime à le souligner le coach Philippe Médery, il serait stupide de croire que le calendrier des prochaines semaines (à Andenne, puis contre Bioul, soit les deux derniers) devrait être plus facile à aborder que celui des cinq ou six derniers matches, face à des concurrents directs.


Pour en revenir à la partie de ce samedi, la tâche initiale de Médery n’avait rien de simple, puisqu’il lui fallait composer avec les suspensions de Regnier, Woos et Pirnay, auxquelles s’ajoutaient l’absence de Rouffignon, malade, et la demi-disponibilité de Varela-Gomes, alité durant toute la semaine. Soit cinq titulaires.


Dans une sélection très remaniée, on recensait la présence inédite de plusieurs jeunes, comme Anthony Manfredi, monté au jeu vers la 20è minute suite à la blessure de Michel Bigirimana (victime d’une entorse, il est d’ores et déjà douteux pour Andenne), ou Alex Lolos, 17 ans, qui a remplacé Dionisio en seconde armure. Arnaud Gomant, titularisé pour la première fois dans les buts, s’est également très bien tiré d’affaire, aux dires de son entraîneur. « C’est un excellent résultat, compte tenu du classement de notre adversaire et des défections que nous avons essuyées. Nous étions bien en place, car si Bertrix est clairement une grosse cylindrée, il ne s’est en fin de compte pas spécialement montré dangereux, sauf sur les phases arrêtées, mais c’était prévu », résume Médery.


Pour l’heure, il refuse d’évoquer l’avenir. Du moins sérieusement. « Il reste 42 points à prendre, essayons d’en prendre 42 », glisse-t-il en guise de conclusion.


L’équipe alignée contre Bertrix :

Gomant ; Maréchal, Eputa, Bertrand, Franchi, Marchal ; Verbeeren, Bigirimana (Manfredi), Andich, Dionisio (Lolos) ; Calli (Valera-Gomes).