Six saisons de D3, à seulement 22 ans !

À l’image de Kevin Raets avant son départ pour Spa, Florian Limbourg, en tant qu’ancien du club, incarne un peu à lui seul l’âme du RCS Verviers.


À seulement 22 ans, le jeune Lainier partage le brassard de capitaine avec Spinoza et connaît les joies et peines de la D3 depuis 6 ans déjà. « J’ai débuté en équipe première à Verviers alors que je n’avais que 16 ans », relate Florian.


« J’y suis arrivé en minimes, avant cela, je jouais à Saive, comme papa (ndlr : Henri Limbourg, aujourd’hui coordinateur des jeunes du RCSV), puisque nous habitons là-bas. »...

C’est Pascal Croughs qui, le premier, allait donner sa chance en équipe fanion à l’adolescent qu’était Florian. « Et par la suite, Bernard Habran, Benoit Thans, Etienne Delangre et aujourd’hui Sunday Oliseh ont continué à me faire confiance ».



Aujourd’hui justement, Florian, fort de six saisons passées en D3, pourrait envisager d’aller voir ailleurs en fin de championnat. « J’ai bien évidemment l’ambition de jouer un ou deux échelons plus haut…Pour cela, il faut oser partir…L’an dernier, j’ai reçu une proposition du RFC Liégeois qui ne s’est pas concrétisée ».



Mais l’expérience et le talent du jeune Limbourg devraient lui permettre de gravir au moins un échelon d’ici peu. « Il faudrait que Verviers se sauve bien vite, histoire de pouvoir jouer en regardant vers le haut…Ensuite, si cet objectif est atteint et que nous signons une bonne saison, j’envisagerais peut-être de nouvelles choses, même s’il est toujours difficile de quitter un endroit que l’on connaît bien ».



Dimanche face à Hoogstraten (défaite 1-0), Sunday Oliseh dressait un bilan qui n’épargnait personne. Déçu du manque de poids offensif des siens, mais aussi d’un manque de points qui n’illustre pas la réelle valeur de son équipe. « Je suis d’accord et je pense que l’on a une très bonne équipe; et que si nous ne sommes pas à notre vraie place dans le classement, on ne peut s’en prendre qu’à nous-même. Car mis à part Turnhout, aucune autre équipe ne nous surclasse.»



Quant aux problèmes offensifs, « ils sont récents mais il est vrai que l’on éprouve plus de difficultés pour marquer qu’auparavant. En début de saison, Guidone a montré qu’il pouvait être notre buteur, mais le coach préfère le collectif plutôt qu’un jeu reposant sur un unique joueur. Et Florian de positiver en guise de conclusion : Et puis à Verviers, il faut souligner que tout le monde peut et sait marquer assez facilement! ».




L’équipe verviétoise pourra compter sur Florian Limbourg jusqu’en fin de saison, reste à savoir ce qu’il adviendra du joueur au terme du présent championnat (rcsv.be).