« Tu t’es blessé car tu y es allé trop fort en faisant ton bébé ! » … ou quand les Eupenois jouent le jeu de la télé-réalité


Non, les supporters ne sont pas toujours de bon conseil…


La télé-réalité signée Belgacom TV « en route vers la D1″ a tenu toutes ses promesses. Malgré une mise en scène un brin trop palpable et une voix-off qui ne fait pas la différence entre un attaquant et un défenseur, le premier épisode évoquant la vie au quotidien des sympathiques Eupenois a su séduire, tout en proposant son lots de perles. Morceaux choisis : (…)

 


À l’image de l’aficionado Franz Loyens, les supporters les plus fidèles sont sous le feu des projecteurs. Comme Angelo, que l’on voit en train d’offrir une « fausse » plaque d’immatriculation à Christian Santos, le meilleur buteur de l’AS Eupen. « C. Santos, voilà la plaque. Tu peux la mettre sur ta voiture. En Belgique, tu peux tout faire, sauf te faire attraper », lui lance le supporter.

 

Santos, parlons-en, a rapidement assumé son étiquette de playboy de l’équipe. Cours de salsa improvisés (?), sourire Colgate, les producteurs de Belgacom 11 ont vite flairé le potentiel d’acteur et de séducteur du Germano-Vénézuélien.

 

Fil rouge de l’émission: la grossesse de Federica, la compagne de l’attaquant italo-dominicain José Espinal. « Tu t’es blessé car tu y es allé trop fort en faisant ton bébé », lui glisse avec humour le kiné et confident de l’équipe, Francis Dewint. Et « Espi » de justifier le choix du prénom du futur bébé, Rodrigo. « C’est un beau prénom pour un bébé. Mais c’est encore mieux pour draguer les filles. Imaginez-le, à 18 ans, à aborder une fille. Il dira: bonjour, je suis Rodrigo, Rodrigo Espinal! » De quoi les faire craquer, c’est sûr.

 

Craquer, casser,… voilà qui nous amène au nez de Kévin Kis, victime d’une fracture à l’entraînement. « Te voilà avec un masque de Zorro ». Pape Moussa Diakhate est du genre taquin dans le vestiaire. Un vestiaire où l’on retrouve Justin, le petit Panda, la mascotte de l’équipe. Son papa (de Justin, pas du Panda) Jurgen Brüll (et pas Bruls comme l’écrit la prod’ de Belgacom, aucun lien avec Christian), a lui aussi droit à son heure (disons plutôt quelques minutes) de gloire, tout comme le responsables des équipes de jeunes, Ralph Thomassen.

 

Nul doute que ce premier épisode (qui nous montre un coach Wolfgang Frank particulièrement déterminé à l’idée de rejoindre la D1) fera jaser ce vendredi dans les travées du Kehrweg, où Eupen reçoit Alost pour encore croire au titre (coup d’envoi: 20h). Les caméras de Belgacom seront encore là. Mais cette fois, pas question de recommencer la prise. Il faudra se montrer performant en plein direct!


 

Prochain épisode: le jeudi 12 avril sur Belgacom 11.