Marco Ingrao (RCSV): « Eupen était plus fort la saison dernière » [interview]


Marco Ingrao sous les couleurs du RCS Verviers. (photo LD).


  • Dès la fin du premier match de préparation du RCS Verviers (victoire 1-0 face à Eupen sur la pelouse de Battice ce samedi), le coach verviétois Raphaël Quaranta ne manquait pas de souligner la prestation de sa nouvelle recrue Marco Ingrao, qui a signé pour deux ans en faveur du matricule 8. « On a directement vu son apport. Il nous a aidé à poser le jeu », notait l’entraîneur qui avait aligné Ingrao au poste de médian axial. Après le match, l’ex-joueur de Genk, Mons, Vicenza, Lierse, Standard de Liège ou encore Maastricht est revenu sur la rencontre contre Eupen, et ses impressions sur la prochaine saison. Interview: (…)

    Marco, on peut dire que ce premier match est réussi vous concernant. On affirme que vous êtes le transfert « étoile » du RCSV, et vous avez déjà assumé ce statut face à Eupen…
    Oui. Je me sentais bien pour ce premier match de préparation, c’est vrai. Le coach m’a fait jouer une mi-temps à un poste de médian axial qui me plaît. Cela me permet de participer un peu plus au jeu, d’être un véritable relais. J’ai déjà presté à cette position par le passé, en Italie, par exemple.

    Parlant de votre passé… Avec votre CV, on reste étonné de vous voir évoluer en D3 alors que vous n’aurez que 30 ans le 28 juillet prochain.
    Chacun sait qu je m’entraînais avec Eupen la saison dernière, j’ai même participé au stage hivernal en Turquie… Mais le club faisant face à des soucis financiers, mon transfert n’a jamais pu être conclu. Je n’ai jamais pu jouer en match officiel. Avec les changements de direction et malgré l’arrivée des Qataris, je ne voyais rien venir du côté d’Eupen pour cette saison. J’en avais assez d’attendre, d’autant qu’à Verviers on me faisait comprendre qu’on comptait sur moi. Du coup, j’ai accepté la proposition verviétoise. Le projet du RCSV est ambitieux et je sais qu’on en attend beaucoup de moi. Mais c’est aussi pour ça que je viens…

    Quelles sont vos premières impressions sur votre nouvelle équipe?
    On a de bons joueurs et je suis convaincu que l’on peut faire quelque chose. Il faut simplement que la sauce prenne, car il y a beaucoup de nouveaux éléments et on doit encore apprendre à se connaître.

    Quid de l’AS Eupen? Le visage de la formation germanophone a changé depuis l’arrivée des investisseurs qataris et du staff espagnol.
    Contre nous, ils ont aligné une bonne partie de leurs nombreux joueurs africains venus de leur académie qatarie. Ils sont rapides et doués, mais un peu jeunes. Cela manque aussi de taille et de physique. Quand je vois l’ossature de l’équipe de la saison dernière, et particulièrement l’entrejeu avec Saglik, Le Postollec et Masmanidis, il me semble que l’AS Eupen 2011-2012 était bien plus fort. En fait, c’est même toute l’ossature de base qui était meilleure.

    Vous voici désormais en D3. Fini les entraînements au quotidien et en matinée. Bref, fini le rythme de pro. Cela vous laisse plus de temps… pour envisager d’autres choses?
    Il est vrai que je suis un peu plus libre, car on ne s’entraînera qu’en soirée avec Verviers. Mais pour l’instant, je veux me concentrer sur le football et mon nouveau club. Le temps qu’il me reste, je vais le consacrer à mes proches. Et on verra dans le futur si je m’occupe autrement…