Joannes: « Beaucoup de choses ne vont pas à Hannut » [Interview]


Gaëtan Joannes croit au maintien de Hannut en promotion. (photo LD)

  • La trêve est là. Gaëtan Joannes, l’offensif de Hannut qui en est à sa quatrième saison au club, revient sur le championnat difficile de ses couleurs. Il se confie au sujet de Manu Heine, son nouvel entraîneur, tout en abordant la question du maintien, et son transfert avorté à Malmundaria. Interview : (…)

Voilà dix jours maintenant que Manu Heine, ex-coach de Warnant, a débarqué à Hannut. Comment vivez-vous ce changement d’entraîneur ?
Manu Heine est un entraîneur jeune, qui connaît le football et qui connaît notre équipe car il était déjà venu nous voir quelques fois cette saison. Il connaît nos besoins, c’est très important, et la majeure partie des joueurs le connaissent aussi, ce qui a facilité son intégration comme nouvel entraîneur.


 
Des regrets suite au départ de Philippe Raskin ?
Concernant son départ, j’ai des regrets car c’est quelqu’un de bien en tant qu’homme. Maintenant, tout ça fait partie du foot, et ce n’est pas facile quand les résultats ne suivent pas.


 
Comment expliquer la situation de Hannut, avant dernier (15e, 8 points) en promotion D ?
Je pense qu’il y a beaucoup de choses qui ne vont pas à Hannut. Les conditions d’entraînement ne sont pas faciles, et il y a aussi d’autres petits soucis. Voilà trois ans que ça dure. Mais bon, le club se remet en place petit à petit, avec un nouveau comité. Il était temps, c’est bien pour Hannut, et bien pour l’équipe aussi.

 
 
Croyez-vous toujours au maintien de Hannut ?
Oui j’y crois encore, même si ça sera dur. Mais on sent déjà un plus avec Manu Heine qui a eu les mots pour nous rebooster. Et puis c’est un autre contact, il est plus proche des joueurs. C’est la personne qu’il nous fallait.



 
Cet été, vous étiez annoncé à Malmundaria. D’ailleurs, vous avez pris part à la présentation officielle de l’équipe.
J’avais encore un an de contrat à Hannut et les clubs n’ont pas trouvé d’accord, alors je suis resté. Je devais aller à Malmedy, car le challenge me plaisait beauocup et qu’il y avait de la qualité dans le groupe. Les gens y sont formidables, et j’ai tout de suite eu un bon contact avec monsieur De Backer, président du club. Et avec les joueurs aussi. Je discute souvent avec Philippe Jaquemin, et je me tiens au courant de ce qui se passe au club.