P1 : Henri Verjans a toujours la foi

Oreye_Noyau_saison 2009-2010_photo LB_lgfoot.jpg

Henri Verjans et son noyau orétois.

Oreye et Henri Verjans ont tout pour vivre une saison prolifique. A commencer par l’optimisme de son coach…

Mercredi 19 h. Posté devant la buvette, Henri Verjans accueille chaque joueur avec un petit mot particulier. On sent l’enfant du pays motivé à 100%. Même pas le temps de lui poser la question que le nouveau T1 orétois exprime sa satisfaction : »Cela fait 25 ans que j’entraîne et je dois avouer que j’ai vraiment attendu cette reprise avec impatience. J’habite là-bas à une portée de fusil et cela va me changer de mes déplacements à Weywertz. Bien sûr, tout le monde me connaît ici et je sais qu’on va tout le temps me parler de foot. Mais pas grave, j’assume. Le groupe que je vais avoir sous ma tutelle regorge de qualités et je suis optimiste ».


Un quart d’heure plus tard, flanqué de son nouvel adjoint Denis Sauvage, le mentor des Sucriers entame son petit discours de bienvenue avec la présentation des nouveaux. Les rires fusent déjà. Normal, Henri Verjans a le petit mot adéquat pour caractériser chaque joueur. Mais place aux choses sérieuses. Le groupe de 20 joueurs est partagé en deux. Denis Sauvage s’occupe de la partie physique pendant que le boss anime une partie de foot-tennis. Les Conrath et Gallée entrent directement dans le vif du sujet avec un test de condition physique. « Donner le meilleur que vous pouvez, demande le T2. Cela me permettra d’adapter le reste du programme ». Et voici le groupe parti au rythme des coups de sifflet. « J’aurais bien repris une semaine plus tôt, explique Verjans. Nous rencontrons samedi les – de 21 du Standard et mon ami José Jeunechamps. Il a dans son groupe 10 joueurs qui sont déjà très bien physiquement. On risque de souffrir samedi soir. »


Même pas le temps de reprendre le collier et voilà déjà le coach orétois repris à 300% par le virus foot. On ne le changera donc pas…