P1 : Gray (Warnant) veut être champion


Mike Gray rêve toujours d’être champion avec Warnant. (Mlotkowski)

  • Mike Gray a toujours bien la tête à Warnant, mais se pose des questions. Entretien avec un capitaine qui n’hésite pas à se mouiller.(…)


Michaël Gray, on entend des rumeurs qui disent que vous voulez quitter Warnant. Info ou intox ?

Disons que je ne sais pas de quoi mon avenir sera fait. Mon objectif premier est de sauver Warnant car je vois minimum deux descendants liégeois de promotion. Et je veux aussi prouver à notre Mourinho (NDLR : Jean-Guy Eyckmans) que Gray n’est pas mort. Que je ne suis pas encore prêt à patiner (sic). J’ai bien eu une touche avec un club du top de la P1 mais j’attendrai que Warnant soit sauvé avant de parler de tout ça.

Vous aimeriez que Warnant se montre plus ambitieux ?

Depuis deux ans, on stagne un peu. Le club ne changeait jamais de coach et là, en deux ans, il y en a eu trois (NDLR : Manu Heine, Christophe Lonnoy et Jean-Guy Eyckmans). Je pense que cette année, l’équipe a été très mal balancée. Nous jouons sans meneur de jeu, sans flancs offensifs et devant, on éprouve de grandes difficultés pour marquer. Notre secteur défensif est par contre très costaud. J’aimerais en fait voir plus de motivation et d’allant sur le terrain.

En tant que footballeur, de quoi rêvez-vous encore ?

Tout d’abord de continuer à m’amuser, tout en restant à un bon niveau. Gagner la coupe de la Province cette année serait vraiment beau. Mais c’est être champion qui reste quand même le top pour un footballeur. Je n’ose même pas imaginer si c’est un jour le cas avec Warnant… Par après, je compte devenir coach. Je débuterai chez les jeunes et je commencerai les cours la saison prochaine, puis on verra… Vivre sans foot est impossible pour moi.

Cela fait un bail que vous êtes à Warnant. Pas trop difficile de rester motivé ?

Cela fait 7 ans que je suis au club, j’y ai pratiquement tout connu : cinq tours finaux et là, c’est la deuxième année de suite qu’on gratte pour se sauver alors que Warnant devrait toujours être dans le top 5. Je déteste perdre. Il m’arrive même d’avoir des mots avec des coéquipiers à l’entraînement quand cela ne me convient pas. Je suis comme ça. Même avec mes 30 balais, on ne me changera pas. Mais c’est clair que Warnant est ma seconde résidence. C’est un super club, avec un président en or et un bon petit comité. Et niveau ambiance, c’est le top. Impossible de trouver mieux ! C’est tout le temps soirée disco dans le vestiaire (rires). On vit vraiment un truc de fou et à la buvette, nous sommes les rois du bar. Là-bas, je pense qu’on peut-être champion…