Eric Cantona était en visite à Liège ! [Interview]


Eric Cantona a rencontré lundi la presse et ses fans liégeois.

À l’occasion de la sortie de son nouveau film, Looking for Eric, Eric Cantona est venu à la rencontre du public liégeois au cinéma Sauvenière ce lundi soir. Après un « Média marathon » à Bruxelles, la star est arrivée en fin de séance pour répondre aux questions des spectateurs. C’était l’occasion pour lui de développer sa vision du football et d’accorder une interview que voici, en primeur:



Dans le film Looking for Eric, on peut voir quelques uns de vos plus beaux buts. Le choix a dû être difficile...?
J’avais évidemment sélectionné beaucoup plus de buts que ceux montrés dans le film. On en voit déjà pas mal et ils sont même expliqués. Je tenais beaucoup à un en particulier, contre Arsenal. Mais il n’apparaît pas. Je suppose que le monteur doit être supporter des Gunners.
(rires)




Et finalement, votre plus belle action, c’est une passe!

Ça aurait pu être un but. J’en ai marqué de très beaux. Mais cette passe de l’extérieur du droit à Irwin, c’est un cadeau. Et c’est ça le football, le plaisir d’offrir et de surprendre.




Dans le film, vous coachez quelqu’un qui doute. Est-ce que ce sont ces mêmes doutes que vous avez ressenti après avoir voulu arrêter le football une première fois en France ?
 
Il faut se remettre dans le contexte. J’étais jeune, 24 ans je crois. Je ne trouvais plus le plaisir du football en France. Ce sport est tellement beau et je n’arrivais plus à trouver le plaisir dans mon pays. J’ai évidemment douté…
Ce film à la base était beaucoup plus autobiographique. Il a été réécrit mais la base est restée.




Après cet épisode, vous vous êtes exilé en Angleterre.
 
À l’époque, ce n’était pas quelque chose de banal. Maintenant, il y a pas mal d’étrangers et notamment des Français dans le championnat anglais. Quand j’y suis arrivé, j’étais international français et j’ai été mis à l’essai à Sheffield Wednesday. À l’essai ! Pendant 2 semaines. Et finalement, j’ai signé à Leeds. Mais ça illustre bien l’état d’esprit anglais. Et pour tout comprendre, j’ai divisé mon salaire en 6 pour aller en là-bas. Mais j’y ai retrouvé la joie de jouer.




Quel a été le meilleur directeur de jeu ? Ken Loach, dans le film? ou Alex Ferguson à Manchester? 
Ce sont tous les deux de merveilleux meneurs d’hommes. Ils ont des points communs comme celui de travailler sans relâche pour y arriver. Et ils ont cette touche de génie qu’on n’explique pas. C’est formidable de travailler avec des gens comme ceux-là.




Enfin, remplacerez-vous un jour Sir Alex Ferguson à la tête de Manchester United ? 
C’est trop tôt pour le dire. Pour le moment, j’ai une foule de projets mais je préfère ne pas en parler. Il y a trop de gens qui parlent et qui ne montrent jamais rien. Je préfère faire quelque chose d’abord et ensuite je viendrais en parler avec vous.