P2B : Herstal veut rejoindre la nationale

alt
Herstal attend son synthétique

  • Le club d’Herstal commence à reprendre des couleurs. Interview du président Munoz qui ne cache pas ses ambitions, mais qui veut rester dans un certain esprit (…)

    1. Diego Munoz, plus d’un an après la fusion, que peut-on tirer comme premier bilan ?

    Le premier bilan est plus que positif tant sur le plan humain que sportif. Tout le monde oeuvre pour faire grandir le club dans un très bon climat d’entente.
    L’école de jeunes est bien en place (label provincial URBSFA).Les résultats de l’équipe première sont chaque année en progression et nous espérons jouer le tour final.
    L’équipe première B composée de nos jeunes (P4) a même joué en P3 la saison dernière et se positionne actuellement à la seconde place derrière Tilleur. Que du positif !

    2. Une ville comme Herstal se doit d’avoir une équipe en promotion ?

    Bien sûr ! C’ est notre objectif à moyen terme. Mais on ne pourra pas faire en deux ans ce qu’ Herstal n’a pas fait depuis longtemps. Herstal joue en provinciale depuis 25 ans sans remonter (1987). Sur les 35 dernières années, Herstal a évolué quatre fois à l’échelon national en étant relégué à chaque fois. Nous voulons y arriver, mais pas à n’importe quel prix et se casser la figure l’année suivante. Nos bases doivent être solides. Nous construisons !

    3. Le tour final pour monter en P1 est un objectif incontournable ?

    Il y a deux ans, dès le démarrage de la fusion nous nous sommes sauvés. Il ne faut pas oublier d’où nous venions. L’AS Herstal descendait en P3 et la JSMH s’était sauvée de justesse. L’année dernière nous avons raté de peu le tour final lors de la dernière journée. Cette saison nous nous sommes repositionnés avec l’arrivée de M.Berwaert, alors que les choses avaient plutôt mal commencé. Le tour final est notre objectif principal. Dire le contraire serait mentir.

    4. Herstal est un club où la convivialité est de mise. Difficilement compatible avec des objectifs sportifs de montée, non ?

    Nous tenons à cet état d’esprit mais il est important d’ y embarquer  les sympathisants et supporters, c’est notre objectif convivial. Ces derniers sont là pour encourager et mettre l’ambiance. Vous savez, les entraîneurs sont là pour entraîner et les joueurs pour jouer ! Si l’ambiance d’après match est bonne dans le groupe, tant mieux. Mais avant tout, nous sommes là pour atteindre des objectifs. Les choses sont claires. Rigueur, respect et travail sont obligatoires pour réussir. Si on s’amuse en plus…

    5. Personnellement, vous devez être tout le temps au foot ?

    Oui, mais quand on aime on ne compte pas. Je suis tous les soirs au foot après une longue journée au magasin. J’ai la chance d’avoir une famille extraordinaire qui non seulement vit ma passion avec moi mais aussi m’encourage à progresser dans mon rôle de président. Les personnes avec lesquelles je travaille dans notre club sont des collaborateurs de très bonne qualité avec lesquels nous pouvons aller au front. La ville de Herstal tente de nous mettre à court terme l’infrastructure nécessaire. L’outil de travail incontournable qu’est le synthétique est en cours de réalisation, le dossier est à la région wallonne. Ils sont tous conscients qu’un club de 350 affiliés avec 26 équipes ne peut pas jouer sur deux terrains et s’habiller dans quatre vestiaires…tout en sachant qu’il faut préserver le terrain A.

    6. Herstal compte de nombreux jeunes  du club en équipe 1. Pourquoi ?

    Le FC Herstal compte énormément sur ses jeunes et aime leur donner leur chance. L’équipe P4 est essentiellement composée des meilleurs jeunes du club. Notre noyau A est actuellement composé de 8 joueurs formés au club, ce qui rare de nos jours. Au niveau national, il est triste de s’apercevoir que les clubs en général ne font pas confiance aux jeunes du crû. Cette chance existe chez nous, et si parmi ces jeunes formés au niveau national, il y a des joueurs régionaux qui veulent tenter leur chance chez nous, ils seront les bienvenus.