La rubrique du coach Derwa: « Tac et Tic – mon grand père m’a dit » (épisode 3)

Tous les mercredis, retrouvez l’histoire tactique de la Coupe du Monde
décrite par nos aïeuls avec un zeste de wallon.

Tous les mercredis, retrouvez l’historique tactique de la Coupe du Monde  et tout cela, réalisé par Philippe Derwa, entraîneur diplômé. Découvrez l’épisode numéro 3 ci-dessous


Mon grand-père a dit : (3)

 

 

Il a nîver cisse nut’, premier flocon, tradition oblige …

Se laver dans la première neige fraîche, cette action devrait me protéger des maladies hivernales, mais elle représentait surtout pour moi, jeu, amusement, et un grand moment de partage avec mes grands-parents.

Il va sans dire, qu’après ce coup de froid et nos éclats de rire, le petit déjeuner se transformait en festin et le football repris ses droits à la table.

« Tu sais mi ptit fi, en 1928 tout a été remis en question, la règle du hors-jeu a été modifiée, 2 joueurs et non plus 3 entre le but et le receveur du ballon afin de ne pas être signalé hors jeu.

« Alors là, je peux te dire que les entraineurs se sont grattés les méninges, pendant une dizaine d’années. Ils sont restés avec leurs 2 liberos sur base de l’ancienne règlementation, mais au fil du temps puisqu’ un seul joueur plus le gardien suffisaient, ils se dirent qu’ils pouvaient gagner un homme dans l’entrejeu et ainsi diriger les débats.

Mais comment positionner le joueur et quelles directives donner aux autres aussi ?

Ce sont les Anglais, fondateur de notre sport qui osèrent les premiers et créèrent le WM, au lieu de travailler avec 2 libéro et 3 milieux, ils inversèrent en positionnant 3 défenseurs et 2 milieux. Les 2 milieux s’additionnaient aux 2 soutiens offensifs et formaient un carré au centre du terrain (photo 1)



La première opposition tactique allait avoir lieu, les Anglais allaient s’opposer à la méthode en jouant en WM. Le football moderne voyait le jour et là je peux te dire, insista mon grand-père, que l’on allait au stade, en se demandant ce que les méthodistes allaient faire.

Je te raconte la suite plus tard, Guillemine m’attend avec sa tarte au riz. Et tu sais comme mi qu’elle n’est nin des plus ahèye… »