La rubrique de Derwa (15) : Les Diables Rouges, foot national et foot régional en 3 questions

Chaque semaine, retrouvez la chronique de Philippe Derwa (entraîneur passé par Aywaille, La Calamine, Blegny, Waremme et Seraing) qui répondra à trois de nos questions. Une première sur le foot des Diables Rouges, une seconde sur l’actualité nationale et la troisième sur l’actualité régionale.


Certains disent que Wilmots n’a pas voulu prendre, dans le groupe des 23, des joueurs réservistes qui pourraient poser problème. Qu’en pensez vous ?

 

Je ne sais pas si Marc Wilmots a réfléchi de la sorte. Quand on a des ambitions, il faut en tous les cas avoir un banc qui oblige les titulaires à se transcender. Quand on veut aller loin, il est certain qu’il faut prendre les meilleurs joueurs et non pas ceux qui acceptent facilement d’aller sur le banc. Par ailleurs, on peut critiquer le choix de prendre Origi plutôt que Batshuayi. Pour avoir assister à Standard – Bruges, je peux comprendre cette décision dans le sens où aucun des avants des Rouches ne m’a paru transcendant.

 

Quelles leçons retirez vous justement de ce match au sommet entre le Standard et Bruges ?

 

Je crois que beaucoup de joueurs du Standard semblent un peu émoussés. Je me demande aussi si les sorties de position de Vandamme résultent d’un choix personnel ou d’un choix du coach. Toujours est-il que cela a provoqué un déséquilibre car De Sart a été obligé de couvrir les montées du capitaine des Rouches. On se rend compte aussi que quand Vainqueur est absent, le jeune De Sart a plus difficile à rayonner. Je crois qu’en général, il est plus facile pour un coach d’adapter sa tactique en fonction des joueurs dont il dispose que de demander aux joueurs d’évoluer dans un schéma bien défini.

 

Certains clubs jouent le tour final alors qu’on sait qu’ils sont en difficulté financière et qu’ils auront du mal à assurer une montée. N’est-ce pas fausser la donne ?

 

Bien sûr que sportivement, on peut discuter la chose. Mais les règles et lois du jeu sont établies avant la saison. Maintenant, rien ne dit non plus qu’en cas de montée à l’échelon supérieur, le club ne trouvera pas de nouveaux investisseurs. On remarque aussi que certains clubs ont l’art d’attirer en début de saison des joueurs et qu’ils n’arrivent pas ensuite à les payer.